Mobiliser le langage

syntaxeMobiliser le langage dans toutes
ses dimensions

Oser entrer en communication
L’objectif est de permettre à chacun de pouvoir
dire, exprimer un avis ou un besoin, questionner,
annoncer une nouvelle.
L’enfant apprend ainsi à entrer en communica-
tion avec autrui et à faire des efforts pour
que les autres comprennent ce qu’il veut dire.

Entre deux et quatre ans, les enfants s’expriment beaucoup par des moyens
non‐verbaux et apprennent à parler. Ils reprennent des formulations ou des
fragments des propos qui leur sont adressés et travaillent ainsi ce matériau
qu’est la langue qu’ils entendent.

Après trois‐quatre ans, ils poursuivent ces essais et progressent sur le plan
syntaxique et lexical. Ils produisent des énoncés plus complets, organisés
entre eux avec cohérence, articulés à des prises de parole plus longues,
et de plus en plus adaptés aux situations.

Autour de quatre ans, les enfants découvrent que les personnes, dont
eux‐mêmes, pensent et ressentent, et chacun différemment de l’autre.
Ils commencent donc à agir volontairement sur autrui par le langage et
à se représenter l’effet qu’une parole peut provoquer : ils peuvent alors
comprendre qu’il faut expliquer et réexpliquer pour qu’un interlocuteur
comprenne, et l’école doit les guider dans cette découverte.
Ils commencent à poser de vraies questions, à saisir les plaisanteries
et à en faire. Leurs progrès s’accompagnent d’un accroissement du
vocabulaire et d’une organisation de plus en plus complexe des phrases.

En fin d’école maternelle, l’enseignant peut donc avoir avec les enfants
des conversations proches de celles qu’il a avec les adultes.

Vous trouverez cet ouvrage chez : ebla-editions.fr

Vous trouverez cet ouvrage chez : ebla-editions.fr

Afin de vous accompagner en petite
et moyenne sections dans la
programmation d’activités originales
et variées visant à s’approprier le
langage oral, voici le guide pédagogique
Développer les compétences
syntaxiques.
Il propose une progression annuelle,
basée sur l’utilisation de comptines,
de jeux et de situations pour atteindre
20 objectifs langagiers  tels que :
– construire de courtes phrases
sémantiquement correctes,
– utiliser des pronoms personnels sujets,
– utiliser et accorder des adjectifs,
– utiliser les temps du passé et des
connecteurs temporels…

Les 20 objectifs sont organisés progressivement sur les 5 périodes de
l’année scolaire. Chacun est présenté en fiche de préparation accompagnée
de jeux et comptines :
syntaxe fiche2

Vous trouverez cet ouvrage chez : ebla-editions.fr

Vous trouverez cet ouvrage chez : ebla-editions.fr

La conscience phonologique est
définie comme la connaissance
consciente et explicite que les mots
du langage sont formés d’unités
plus petites : syllabes et phonèmes.
Acquérir la conscience des sons
permettra à l’enfant de percevoir
puis d’identifier les différents
composants phonologiques et à
les manipuler : localiser, enlever,
substituer, inverser, ajouter, combiner…
De nombreuses recherches ont
démontré que la conscience
phonologique joue un rôle majeur
dans l’apprentissage de la lecture
par la capacité à établir des relations
entre les phonèmes et les graphèmes.

Certains enfants ont vers 4/5 ans une conscience phonologique déjà existante
même si débutante, d’autres n’en ont aucune.
Peut-être qu’un environnement familial trop bruyant créant un bain constant
de sons est handicapant, peut-être qu’aucune réflexion, qu’aucun intérêt n’a
jamais été montré à travers des comptines et des chansons enfantines,
pour les sonorités de la langue.
A l’école, il s’agit de favoriser un comportement attentif d’écoute :
prendre conscience de ce que l’on entend en se concentrant.

Ce comportement attentif, actif d’écoute est est plus difficile à produire
pour l’enfant car différent de la simple perception auditive, qui elle,
n’est qu’un comportement passif. C’est un comportement scolaire:
il permettra à l’enfant d’écouter et de comprendre les consignes.

Les activités de conscience phonologique qui traitent le langage comme
un matériau sonore indépendamment du sens, sont des activités
métalinguistiques. Elles s’intéressent uniquement au langage et à son
fonctionnement, en passant de l’activité langagière (la communication)
porteuse de sens à une activité centrée sur la dimension linguistique
(code ou fonctionnement de notre système d’écriture).

Il est donc nécessaire de mettre en place dès la moyenne section,
des situations destinées à développer la conscience phonologique
des enfants : en stimulant l’attention auditive, en aiguisant la discrimination
auditive, en déclenchant la réflexion de chaque enfant sur les bruits puis
les sons entendus, sur les sons produits pour aboutir aux sons déchiffrés.
Ces situations devront être complexifiées pour la grande section, l’ouvrage
vous propose des pistes visant à simplifier ainsi qu’à compliquer les
différentes activités proposées.

Chacune des 20 séances propose comme point de départ des
comptines, des histoires et/ou des jeux de discrimination auditive.
La prise de conscience de l’environnement sonore et l’ébauche
d’une réflexion centrée sur celui-ci servira de détonateur.

page sons

Retrouvez ces ouvrages sur le site des Editions EBLA.

2 réflexions au sujet de « Mobiliser le langage »

  1. Bonsoir,
    Voici quelques jeux : le roi du silence, la course aux syllabes, quel charivari !, les maisons des sons…
    et il y a de nombreuses comptines…!

Répondre à ConstruireDesSavoirs Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *