Le dessin de l’arbre

couv arbreUn arbre qui veut sortir des crabouillages…?

Ainsi commence l’histoire du dessin de l’arbre chez le jeune enfant.


Ce livre original, vous permettra grâce à des questions humoristiques de visualiser le développement de l’arbre progressivement élaboré par l’enfant à travers l’évolution de ses dessins.

 

La symbolique de l’arbre est très forte et ancestrale.
Roi du règne végétal, c’est un véritable lien qui relie le monde aérien
grâce à
ses branches et feuillages attirés par la lumière du ciel,
au monde
souterrain, à l’aide de ses racines qui s’enfoncent
dans les profondeurs de la terre.
C’est un symbole spirituel comme l’arbre de vie et psychologique par sa
verticalité observable dans le tronc, barrée par la ligne de sol horizontale.

arbre 2L’arbre symbolise  aussi les différents éléments : l’eau présente dans la sève,
la terre nourricière par les racines,
l’air nourrissant les feuilles, le feu avec
le tronc qui peut attirer la foudre et son
tronc qui s’élance vers l’éther.

Lorsqu’il dessine, l’enfant montre une intention de laisser une trace visible sur un support grâce à des mouvements de la main, cela conjugue des processus moteurs, cognitifs et affectifs.
arbre 1Pendant les années de l’école maternelle,
l’enfant ne dessine pas ce qu’il voit d’un
sujet mais ce qu’il en connaît, on observe
donc des déformations par rapport
à la réalité.

Dessiner un arbre est un dessin très
courant chez l’enfant.
C’est objet naturel et vivant qui
accompagne la vie des humains
au gré des saisons, il fait partie
de notre environnement proche.

Arbre refuge avec ses cabanes, arbre copain par sa proximité, arbre vivant qui marque la succession cyclique des saisons.
Selon les intérêts, les lectures, les expériences et l’environnement naturel
de l’enfant, le dessin de l’arbre peut se développer parallèlement
à celui du bonhomme.

Les racines indiqueraient un ancrage terrien plus ou moins solide
et la base du tronc représenterait l’énergie physique.
arbre 3Les feuilles de l’arbre dessiné seraient
en lien avec la créativité de l’enfant,
un arbre touffu évoquant une riche
imagination.
Les branches dessinées ouvertes
vers l’extérieur évoqueraient la
spontanéité des émotions exprimées
alors que fermées vers l’intérieur les
branches indiqueraient une réflexion
intériorisée avec un retrait sur soi.

« Une étude expérimentale récente s’est penchée sur la question de savoir
si l’usage supposé symbolique de la taille et de la couleur dans le dessin
de l’arbre relevait du mythe ou de la réalité (Picard & Lebaz, 2010).
Les résultats valident l’idée que la taille est un indicateur significatif de
l’émotion décrite dans le dessin (enfants de 7 et 11 ans) : comparé
au dessin normal de l’arbre, ces enfants dessinent plus petits les arbres
tristes et ils dessinent plus grands les arbres joyeux.
Pour ce qui est des couleurs, les conclusions sont moins évidentes.
Les analyses montrent que les arbres normaux sont principalement
dessinés avec du vert et du marron, ce qui correspond à un coloriage
réaliste de cet objet.
Lorsque l’arbre est triste, les enfants utilisent souvent le gris pour
dessiner le contour de l’arbre, et le noir.
Lorsque l’arbre est joyeux, de nouvelles couleurs apparaissent
telles que l’orange, le rouge, le violet, le rose, le jaune, et le bleu.
On serait tenté de penser que c’est ici la preuve manifeste
que l’enfant fait un usage symbolique des couleurs.
Et pourtant…
Lorsqu’on regarde de plus près les dessins, il apparaît qu’en réalité
les couleurs positives résultent de l’ajout d’éléments de contexte
dans les dessins joyeux.
Ainsi, les couleurs positives sont utilisées, non pas de manière symbolique,
mais de manière visuellement réaliste : le soleil est jaune ou orange,
le ciel est bleu, les fruits sont rouges, etc.
Seul le noir, associé aux dessins tristes, semble être une couleur
dont l’usage est symbolique.  Toutefois, l’usage du noir pour signifier
la tristesse est typique de nos cultures européennes. »

Le livre jeunesse  L’arbre que lui manque-t-il ?
est en vente sur le site des Editions EBLA

Une réflexion au sujet de « Le dessin de l’arbre »

  1. Merci pour ce superbe livre !
    Le mélange papiers déchirés en fond et peintures découpées puis collées par-dessus donnent des idées pour la classe.
    Est-ce que le livre sur la maison utilise les mêmes techniques ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *