A propos de l’écriture manuscrite

 » gaucher1L’écriture manuscrite, en tant qu’habileté,
peut ne pas sembler importante compte tenu
de la fréquence à laquelle nous utilisons
un clavier; mais, même au XXI e siècle,
il est toujours nécessaire d’écrire lisiblement.

Un excellent article à lire en entier sur le site québéquois :
Association ontarienne des troubles d’apprentissage

L‘écriture manuscrite est une habileté particulièrement importante
pour les jeunes élèves qui, d’ordinaire, pensent et écrivent en même temps.
Pour ces élèves, l’attention à fournir pour réaliser la tâche d’écriture diminue
la concentration disponible pour les tâches de composition et de réflexion.
Il faut se préoccuper de l’écriture manuscrite aussi parce que des difficultés
en écriture manuscrite en bas âge peuvent annoncer que l’élève éprouvera
des difficultés plus tard dans la vie sur les plans de l’expression écrite
et du langage expressif (Graham et coll., 1997).

Lorsqu’ils sont très jeunes, la plupart des enfants ont de la difficulté
à écrire. L’enseignement en classe pour les élèves de la maternelle
à la 3e année (d’école élémentaire) comprend généralement certains
exercices d’écriture. Cet enseignement au début du primaire n’aide
peut-être pas les élèves ayant des troubles d’apprentissage (TA)
parce qu’il est possible qu’ils aient une piètre coordination des mains,
qu’ils aient besoin d’un enseignement adapté au contexte et, en général,
qu’ils apprennent de façon moins efficace que leurs pairs (Graham, 1999).
S’ils ont toujours des difficultés en écriture manuscrite une fois rendus
en quatrième année, les élèves ayant des troubles d’apprentissage
peuvent avoir raté l’occasion de maîtriser cette habileté parce que
l’enseignement en classe comprend rarement des exercices d’écriture
après la troisième année (Abbott et Berninger, 1993).

Les difficultés en écriture manuscrite qui persistent après les premières
années de scolarisation peuvent avoir une influence négative sur la façon dont l’enseignante ou l’enseignant perçoit les travaux écrits de l’élève.
L’élève qui n’a pas une belle main d’écriture peut en venir à éviter d’écrire,
perdant ainsi des occasions de s’exercer.
Lorsque les élèves ayant des troubles d’apprentissage arrivent
en huitième année, leurs habiletés en écriture expressive,
telle que l’écriture manuscrite, sont en moyenne cinq fois inférieures
à celles de leurs compagnons de classe (Datchuk et Kubina, 2012).

Les difficultés en écriture manuscrite auxquelles font face les élèves
ayant des TA sont particulièrement inquiétantes parce qu’elles vont
au-delà de la tâche mécanique. L’écriture manuscrite est ce qu’on
appelle le « langage de la main » (Berninger, Abbott, Abbott, Graham
et Richards, 2002), ce qui signifie qu’il ne s’agit pas simplement
de former des lettres sur la page (motricité).

Une faible motricité fine peut expliquer pourquoi l’écriture manuscrite
est si difficile pour certains jeunes élèves, mais cela ne s’arrête pas là.
Une faible motricité fine n’explique que quelques-unes de leurs difficultés.
Des chercheurs croient que les processus mnémoniques et l’application
des règles relatives aux textes écrits (orthographe, usage des majuscules, etc.) interviennent également dans l’écriture manuscrite.
Les experts conviennent que l’écriture manuscrite est un processus
complexe qui exige la coordination des capacités de réflexion et d’exécution
(Datchuk et Kubina, 2012; Graham et Perin, 2007).

writing

Comment nous pouvons aider

Il y a principalement deux façons d’aider les élèves ayant des troubles
d’apprentissage qui éprouvent des difficultés en écriture manuscrite.
Tout d’abord, les éducatrices et les éducateurs peuvent offrir un
enseignement et des exercices qui les aident à améliorer leur habileté
en écriture manuscrite.
Ils peuvent ensuite offrir des technologies et une formation sur l’emploi
d’outils, comme un logiciel de prédiction des mots, qui peuvent servir
de solution de rechange. Ces deux méthodes doivent être utilisées
conjointement pour que les élèves ayant des TA puissent développer
leurs habiletés en écriture manuscrite et en écriture expressive
(Stephenson et Just, 2014).
ecrire2L’écriture manuscrite englobe quatre types d’habiletés :
– la motricité fine,
– la connaissance des lettres,
– la main dominante
et la position du corps et de la main
(Reid, Lienemann et Hagaman, 2013).

Les interventions peuvent être conçues précisément pour faciliter
chacune de ces quatre habiletés. (…)

gaucher3Enseignement explicite

Repères visuels et la remémoration (…)

Alphabet et les tâches de copies (…)

Révision en contexte (…)

Enseignement de stratégies (…)

Technologie (…)

Points à examiner (…)

Un excellent article à lire en entier sur le site québéquois :
Association ontarienne des troubles d’apprentissage

Ouvrages de référence

Abbott, R. et Berninger, V. (1993). « Structural equation modeling of relationships among developmental skills and writing skills in primary and intermediate grade writers », Journal of Educational Psychology, vol. 85, p. 478-508.

Graham, S. et Harris, K. (2003). « Students with learning disabilities and the process of writing ». Dans H. L. Swanson, K. R. Harris et S. Graham (codir.), Handbook of learning disabilities (p. 323-344). New York, N.Y. : Guilford.

Datchuk, S. et Kubina, R. (2012). « A review of teaching sentence-level writing skills to students with writings difficulties and learning disabilities ». Remedial and Special Education, vol. 34, p. 180-192.

Berninger, V., Abbott, R., Abott, S., Graham, S. et Richards, T. (2002). « Writing and reading: Connections between language by hand and language by eye », Journal of Learning Disabilities, vol. 35, p. 39-56.

Graham, S. et Perin, D. (2007). « A meta-analysis of writing instruction for adolescent students », Journal of Educational Psychology, vol. 99, p. 445-476.

Stevenson, N. et Just. C. (2014). « In early education, why teach handwriting before keyboarding? », Early Childhood Education Journal, vol. 42, p.49-56.

Reid, R., Lienemann, T. et Hagaman, J. (2013). Strategy instruction for students with learning disabilities: Second edition. K. R. Harris et S. Graham (codir.). New York, N.Y. : Guilford Press.   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *