Les troubles du langage et de la communication chez l’enfant – L.Danon-Boileau

troubles langageLaurent Danon-Boileau est
professeur de linguistique
à l’université René Descartes (Paris V)
et chercheur au CNRS.
Il est aussi psychanalyste et thérapeute
au centre Alfred Binet.

 

Les troubles du langage et de la communication chez l’enfant
L.Danon-Boileau
Editions PUF – Collection Que sais-je? (2158)


Présentation de l’ouvrage :

Au cours du développement, comme tout au long
de la vie, langage, sentiments et pensée sont profondément solidaires.
C’est pourquoi, face à un enfant qui parle mal, on ne peut manquer d’être inquiet.
En exposant les mécanismes de l’acquisition du langage, les signes révélateurs
de troubles, les théories existantes ainsi que les grands axes thérapeutiques
autour desquels semble s’établir un relatif consensus, cet ouvrage est
un premier outil à l’adresse de tous ceux qui sont confrontés
à des enfants au langage ou à la communication troublés.

Conférence de Laurent Danon-Boinon en ligne sur le site de l’ESPE de Créteil :

Comment repérer les troubles de la communication et du langage chez l’enfant, comment les appréhender ?

Quand un enfant ne parvient pas à parler et à communiquer simplement, les raisons
en sont souvent diverses et complexes. Mais les effets de cette communication
sur ceux qui l’entourent (adultes et enfant) sont d’abord déstabilisants.
Il y a bien entendu des axes qui permettent de comprendre les grandes orientations
du trouble et ses manifestations les plus courantes.
Mais rien ne dispense d’une attention exigeante à ce qui fait la singularité
des difficultés d’un enfant.

En général c’est en réfléchissant à ce qui se passe en situation naturelle
(et pas nécessairement dans le cadre d’une procédure de test ou d’examen)
que l’on parvient à faire des hypothèses qui permettent d’ inventer ce qui peut faciliter
le retour de l’enfant vers l’échange avec autrui. « Il n’y a de science que du général »,
disait Aristote .
Mais c’était pour ajouter que « Seul le particulier existe ». Telle est la contradiction constante. A cela près qu’ il existe une certaine science du particulier :
elle se nomme observation.
C’est par l’observation minutieuse que l’on parvient (parfois) à saisir l’enchevêtrement
des causes cognitives, affectives et psychiques qui troublent l’entrée d’un enfant
dans la communication et le langage et l’enferment dans le silence.

Après avoir rappelé les enjeux polémiques qui se nouent autour du soin à l’enfant
en difficulté de parole et de langage (trouble instrumental pour les uns, trouble psychogène pour les autres) on exposera quelques considérations théoriques précises mais nécessairement fragmentaires de nature à montrer les problèmes constants
que posent l’intrication des deux dimensions. Celles-ci seront illustrées par de courtes situations cliniques, permettant de souligner comment, dans la plupart des cas,
le trouble de l’échange résulte de cet enchevêtrement des deux dimensions.
On insistera sur le fait qu’un préalable à toute position thérapeutique cohérente implique que l’on cherche à se représenter la situation dans laquelle se trouve l’enfant
qui souffre d’un trouble de cet ordre : ce qu’il vit de ne pas être compris ou
d’être mal compris , ce qu’implique pour lui le fait de ne comprendre qu’imparfaitement
ce qu’on lui adresse.
Dans un second temps, à partir de situations un peu développées, on s’efforcera d’apprécier la qualité des processus de pensée que l’on observe chez les enfants
dont la pathologie s’organise autour d’un trouble de parole et de langage
plus ou moins sévère .
Il ne s’agira bien évidemment pas de tenter un étalonnage mais de montrer la qualité élaborative (et les écarts) de productions de pensée que l’ on risquerait parfois
de disqualifier trop rapidement, seulement parce qu’ elles s’expriment dans des énoncés qui de prime abord ne sont pas ceux du français tel qu’on le parle. »

 

4 réflexions au sujet de « Les troubles du langage et de la communication chez l’enfant – L.Danon-Boileau »

  1. Bonsoir,
    Je remarque qu’il y a de plus en plus d’élèves de petite section qui ont un parlé « bébé » même en décembre.
    Où trouver une grille du développement « normal » du langage?
    Merci – Frédérique

  2. Dans ma classe de MS, j’ai des enfants qui présentent des difficultés de langage importantes. Pour certains, le français n’est pas la langue maternelle donc comment arriver à différencier les « vrais » troubles du langage et les problèmes de langage des enfants allophones ? Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *