L’enfant et les règles du jeu de billes, J. Piaget

jeu billesArticle à lire sur le site de la fondation Piaget

 

Comment les enfants de différents âges
se comportent-ils lorsqu’ils s’impliquent

dans l’activité sociale du jeu de billes et comment conçoivent-ils les règles ?

La pratique du jeu – Quatre stades
Sur le plan de la pratique, Piaget distingue quatre stades, dont seuls les trois derniers
font intervenir une pratique sociale du jeu.

 

1. Le premier stade est celui de l’enfant de trois ans environ auquel on donne
une dizaine de billes. Assez vite on peut constater l’apparition chez lui de
comportements ritualisés et d’usages symboliques des billes qui confirment
les résultats des enquêtes sur la genèse du jeu symbolique.
Mais Piaget ne croit pas que l’origine des règles sociales se confonde avec
ces rituels. Certes le comportement individuel de la ritualisation constitue l’une
des bases du comportement socialement réglé, et les deux s’accompagnent
d’une « conscience de la régularité ».
Mais il intervient dans la seconde conduite un élément de soumission,
d’obéissance ou d’obligation qui ne peut provenir que des interactions entre individus.
Ce n’est donc qu’avec les stades ultérieurs que commence véritablement le jeu social.

2. Le deuxième stade est celui de l’égocentrisme, terme un peu trompeur pour
désigner une forme de comportement qui consiste soit en une assimilation
déformante des pratiques du jeu aux intérêts personnels de l’enfant, soit en
l’imitation trop servile de comportements d’autrui alors mal compris.
Tous les parents peuvent reconnaître chez leurs enfants de trois à cinq ans
et plus cette absence d’équilibre qui les empêchent de se livrer à de véritables
jeux sociaux (à partir d’un certain âge bien sûr, l’autorité parentale ou celle
du grand frère ou de la grande soeur peuvent être telle que le jeune enfant s’y soumet; mais c’est là toujours une conduite du deuxième stade).

3. A partir du troisième stade (six ou sept ans environ), les enfants qui s’adonnent
à un jeu social tel que celui du jeu de billes y entrent enfin à titre de partenaires.
Ces enfants cherchent bien sûr à gagner, mais un équilibre tend à s’établir entre
les partenaires, qui s’efforcent d’unifier les règles de jeu, chacun contrôlant au moins
dans les grandes lignes sa bonne marche, ainsi que le respect des règles.
Ce sont les débuts de la coopération interindividuelle.
Là encore, les parents attentifs aux conduites de leurs enfants n’auront aucune
peine à retrouver les traits décrits par Piaget (mais bien sûr, les enfants qui ont atteint
ce stade peuvent tout à fait adopter des comportements différents: la coopération
est dès lors possible, mais non pas nécessaire!).

4. Enfin le quatrième stade, qui apparaît vers onze ou douze ans, est celui de
la « codification des règles ». C’est là la marque d’une pensée devenue formelle.
Ce n’est plus au coup par coup que les partenaires unifient d’une façon qui reste
alors grossière, les règles du jeu; de grandes discussions s’établissent entre eux
pour aboutir à des décisions formelles qui tendent à la complétude et à la cohérence
la plus grande. Là encore, il est inutile d’entrer dans le détail, dans la mesure où nous
tous, adultes, conservons le souvenir de ces discussions dans lesquelles nous
nous efforçions d’aboutir à un véritable code de conduites.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *