Des troubles du développement : la dysphasie

3- La dysphasie

dysphasiaLa dysphasie aussi appelée trouble spécifique du développement du langage oral (TSDLO) est un trouble persistant  qui affecte la compréhension et/ou l’expression d’un message verbal.

Ce trouble n’est pas la conséquence d’un manque de stimulation,
d’un déficit sensoriel, par exemple auditif, ni d’une déficience
intellectuelle. Au contraire, ces enfants ont un désir de communiquer
et présentent souvent une intelligence normale.
Ce trouble du langage peut avoir des répercussions dans plusieurs
sphères de la vie de l’enfant puisque ce dernier peine à s’exprimer et
à comprendre tout ce qui a trait au langage.

 

Les difficultés portent sur des aspects complexes :
– soit de la réception c’est-à-dire de la compréhension du langage,
– soit de la programmation des sons de la langue puis de leur
production,
– soit sur la disponibilité des mots ou encore sur leur agencement
syntaxique au sein de la phrase.

Ces domaines du langage peuvent être déficitaires ou préservés
indépendamment les uns des autres.
C’est pourquoi les enfants doivent faire l’objet d’un diagnostic précis
permettant de poser les indications thérapeutiques.
Le langage écrit est souvent d’acquisition problématique.
De fait, les troubles ont un retentissement constant sur les
apprentissages scolaires classiques, puisque le langage est
l’outil privilégié de la transmission du savoir à l’école.

Ces enfants ont durablement, des difficultés d’expression orale,
présentent des difficultés à bien parler, parlent tard.
Dans d’autres domaines pourtant, ils se développent bien, même si
fréquemment les difficultés langagières s’accompagnent d’un retard psychomoteur ou/et graphique.
Ils organisent un langage qui peut suffire dans la vie quotidienne mais
gardent le plus souvent des difficultés de langage.
Le langage est fait de morceaux, d’approximations, de segments traités
sans souplesse comme des agglomérats, des blocs figés.

L’origine du trouble est actuellement à l’état d’hypothèses génétiques
ou d’anomalies structurelles cérébrales, non décelables.
Il est indispensable de poursuivre une recherche médicale qui
est à peine amorcée.

La dysphasie atteint des enfants :
– sans histoire médicale particulière,
– ni déficit intellectuel. L’enfant dysphasique peut ne pas trouver
ses mots d’une manière dramatique, mais être parfaitement capable
de résoudre une opération ou de résoudre des problèmes.
Il est normalement intelligent mais présente un déficit circonscrit
au domaine langagier,
– ni trouble du comportement même si les enfants dysphasiques
peuvent paraître agités peu attentifs, instables, agressifs…preuve
d’un réel mal-être relationnel à une situation d’échec qui s’installe.
– ni trouble de la relation. Les enfants dysphasiques cherchent le plus
souvent à communiquer par tous les moyens à leur disposition,
à l’inverse des enfants autistes par exemple.
Les garçons sont beaucoup plus touchés que les filles.

Vous trouverez cet ouvrage chez : ebla-editions.fr

Vous trouverez cet ouvrage chez : ebla-editions.fr

La dysphasie peut être plus
ou moins sévère et se présenter sous des formes diverses :
– paroles indistinctes,
– troubles de la syntaxe,
– expressions par mots isolés,
– discours plus ou moins construit,
– manque du mot,
– compréhension partielle du langage oral…

Le langage de la personne dysphasique présente non pas des retards mais des caractères déviants et instables dans le temps. »
Source : Association Avenir dysphasie France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *