Le développement langagier

langageInformations disponibles sur
Eduscol

Le langage permet de communiquer
avec son entourage, d’échanger
des pensées et des expériences
et de représenter le monde.

 

Son acquisition représente une conquête fondamentale de la petite
enfance au cours de laquelle un enfant passe de la communication
non verbale aux mots isolés et à la capacité de créer des énoncés
jamais entendus.

L’explication de cette acquisition est multiple et fait débat…

Si l’espèce humaine est en quelque sorte « programmée » pour traiter
le langage, en compréhension et en production, il n’en demeure pas moins
que la maîtrise du langage se développe dans des interactions sociales.

Deux aspects de cette acquisition, au moins, font consensus :

  • les régularités dans la trajectoire d’acquisition : les premiers mots
    apparaissent au cours de la deuxième année, souvent utilisés seuls,
    avant d’être combinés dans de courtes phrases ; l’ordre d’acquisition
    des mots à fonction grammaticale (articles, pronoms, etc.) ;
    l’usage progressif de différentes fonctions du langage ;
  • la diversité des facteurs qui la déterminent : les capacités
    perceptives conditionnent la discrimination des séquences sonores
    et leur identification ; les partenaires de l’enfant, notamment les adultes,
    peuvent stimuler plus ou moins ses compétences sociales et
    linguistiques à travers les interactions de la vie quotidienne ;
    le traitement langagier des notions de temps, de causalité ou d’ordre
    dépend du niveau de développement cognitif ; les régularités
    linguistiques propres à une langue donnée (terminaisons de verbes,
    par exemple) facilitent l’acquisition de certains termes.

L’école s’est longtemps intéressée davantage à l’écrit (lecture, écriture,
production écrite) qu’à l’oral, bien que la maîtrise de l’un soit dépendante
de l’autre. Les difficultés à l’oral au cours des premières années, notamment
en compréhension, s’accompagnent souvent de difficultés ultérieures, à l’écrit et dans des tâches complexes.

babysLes différences interindividuelles
dans le développement langagier

Les différences interindividuelles sont
nombreuses, et certaines sont
observables dès les premiers mois.
Des bébés en interaction fréquente avec
des adultes qui leur répondent
babillent plus que les autres.

L’âge d’apparition des premiers mots, la dimension et la composition
du lexique vers deux ans, la complexité syntaxique des énoncés ou
les fonctions du langage utilisées par les enfants varient également.

Le caractère à la fois intégré et cumulatif du développement langagier
fait qu’on observe souvent une association entre plusieurs aspects,
par exemple entre richesse du vocabulaire et complexité syntaxique.
Il existe également des styles d’acquisition du langage différents selon
les expériences de communication des enfants avec les adultes.

Certains enfants sont considérés très tôt comme des interlocuteurs par
des adultes qui les encouragent souvent à s’exprimer verbalement et
prennent le temps de leur répondre, alors que d’autres ont une
expérience plus limitée.

Langage oral et langage écrit

Il existe bien des différences entre langage oral et langage écrit (physiolo-
giques, contextuelles, etc.). Le second n’est pas une simple transcription
sur papier du premier et relève d’un enseignement formel.
Mais les processus cognitifs impliqués dans les deux sont largement
semblables et permettent d’expliquer certaines corrélations entre la maîtrise
de l’oral et celle de l’écrit (par exemple entre conscience phonologique
et débuts de la lecture).

Le langage oral constitue également le vecteur de nombreux
apprentissages,
prédicteur de réussite scolaire.
La détection et la prise en charge précoce
des troubles du langage est un enjeu fort pour l’école maternelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *