Le langage de l’enseignant pour apprendre

speaking3Propositions CSP
nouveaux programmes
en
Ecole maternelle
 » En maternelle, le langage de l’enseignant est déterminant parce qu’il est le vecteur d’apprentissages linguistique, cognitif et social. L’enseignant est attentif à son propre langage à chaque instant d’une journée d’école.

 

Il s’adresse aux enfants les plus jeunes avec un débit ralenti de parole,
il produit des énoncés brefs et soigneusement articulés ;
peu à peu, en s’adaptant à la diversité des performances langagières
des enfants, il fait évoluer ses énoncés.
Il reste attentif à son registre linguistique, c’est‐à‐dire un oral ordinaire
correct et adapté à l’âge des enfants.

À l’écoute des enfants, il cherche à comprendre ce qu’ils veulent dire
et réagit à leurs propos par des reprises de leurs énoncés et par
des compléments sémantiques et syntaxiques.
Il sait considérer un essai ou une question d’enfant comme une
conquête qu’il valorise et interprète.
L’enseignant répond aux questions des enfants, profite des évènements
de la vie de la classe, met en lien de nouveaux objets ou événements
avec des éléments qu’ils connaissent déjà, apporte des connaissances.

Conscient que le vocabulaire renvoyant au travail des élèves ne va pas
de soi, il emploie des verbes et des noms précis, en explique ou
en rappelle le sens (tracer, exercice graphique…).
Dans son utilisation des pronoms, l’enseignant veille à ce que les
sujets de ses énoncés renvoient à des acteurs précis et bien identifiables
par les enfants. L’emploi des prépositions et adverbes requiert la même
précision (sur/au‐dessus, lentement/doucement…).
Il utilise des verbes qui renvoient à des états mentaux (penser, croire,
savoir, supposer, se demander si, ne pas être sûr que, etc.) aussi bien
à propos de ses propres activités que de celles des enfants.
Il les met ainsi sur le chemin de la conscience de ce qu’ils peuvent faire,
« dans leur tête », avec le langage.

CSPLe langage ainsi adressé à l’enfant lui
permet de se construire en tant que sujet,
d’exprimer des intentions, des émotions,
de se projeter, de se mettre en réflexion.
L’enseignant fait preuve de réactions valorisantes
devant les productions d’un enfant,
il lui renvoie une image positive qui favorise
son estime de soi. »

2 réflexions au sujet de « Le langage de l’enseignant pour apprendre »

  1. Dans ma classe, c’est le langage de l’Atsem qui me pose problème…très familier, limite vulgaire. Comment lui faire comprendre sans la fâcher ? Merci

  2. Le langage des adultes de l’école pose quelquefois problème.
    Le plus simple est de reformuler les phrases tendancieuses sans hausser le ton, puis si cela continue d’avoir une discussion avec elle en expliquant qu’ « à l’école, le discours de l’adulte doit être modélisant » comme nous le recommandent les IO…en citant les mots les plus extrêmes à ne pas répéter.
    Il faut beaucoup de patience et de diplomatie pour ne pas rompre le lien de complicité nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *