Acquérir une conscience phonologique

ear2Commencer à réfléchir sur
la langue et acquérir
une conscience phonologique
Dès leur plus jeune âge, les enfants sont
intéressés par la langue ou les langues
qu’ils entendent. Ils font spontanément
et sans en avoir conscience des
tentatives pour en reproduire les sons,
les formes et les structures afin d’entrer
en communication avec leur entourage.


C’est à partir de trois-quatre ans qu’ils peuvent prendre du recul
et avoir conscience des efforts à faire pour maîtriser une langue
et accomplir ces efforts intentionnellement.
On peut alors centrer leur attention sur le vocabulaire, sur la syntaxe
et sur les unités sonores de la langue française dont la reconnaissance
sera indispensable pour apprendre à maîtriser le fonctionnement
de l’écriture du français.

new programsProjet de programme
pour l’école maternelle
22 janvier 2015

à lire sur
education.gouv.fr

 


L’acquisition et le développement
de la conscience phonologique

Pour pouvoir lire et écrire, les enfants devront réaliser deux grandes
acquisitions :
– identifier les unités sonores que l’on emploie lorsqu’on parle français
(conscience phonologique)
– comprendre que l’écriture du français est un code au moyen duquel
on transcrit des sons (principe alphabétique).
Lorsqu’ils apprennent à parler, les enfants reproduisent les mots
qu’ils ont entendus et donc les sons de la langue qu’on leur parle.
S’il leur arrive de jouer avec les sons, cela se fait de manière aléatoire.
À l’école maternelle, ils apprennent à manipuler volontairement les sons,
à les identifier à l’oreille donc à les dissocier d’autres sons, à repérer
des ressemblances et des différences.
Pour pouvoir s’intéresser aux syllabes et aux phonèmes, il faut que
les enfants se détachent du sens des mots.

L’unité la plus aisément perceptible est la syllabe. Une fois que les enfants
sont capables d’identifier des syllabes communes à plusieurs mots,
de les isoler, ils peuvent alors s’attacher à repérer des éléments plus petits
qui entrent dans la composition des syllabes. Parce que les sons-voyelles
sont plus aisés à percevoir que les sons- consonnes et qu’ils constituent
parfois des syllabes, c’est par eux qu’il convient de commencer sans vouloir
faire identifier tous ceux qui existent en français et sans exclure de faire
percevoir quelques sons-consonnes parmi les plus accessibles.

Pour développer la conscience phonologique, l’enseignant habitue les
enfants à décomposer volontairement ce qu’ils entendent en syllabes
orales : en utilisant le frappé d’une suite sonore, en « découpant »
oralement des mots connus en syllabes, en repérant une syllabe identique
dans des mots à deux syllabes, puis en intervertissant des syllabes,
toujours sans support matériel, ni écrit ni imagé.
Ces jeux phoniques peuvent être pratiqués en grand groupe mais
l’enseignant privilégie l’organisation en petits groupes pour des enfants
qui participent peu ou avec difficulté en grand groupe.

Dans le courant de la grande section, il consacre des séances courtes
et fréquentes à ces jeux, en particulier avec les enfants pour lesquels
il ne repère pas d’évolution dans les essais d’écriture.
Pour ceux qui en sont capables, des activités similaires peuvent être
amorcées sur des sons-voyelles – notamment ceux qui constituent
une syllabe dans les mots fréquentés – et quelques sons-consonnes.

Vous trouverez cet ouvrage chez : ebla-editions.fr

Vous trouverez cet ouvrage chez : ebla-editions.fr

Acquérir la conscience
des sons
L’acquisition de la lecture et la
construction de la conscience
phonologique sont en interaction.
La pratique régulière de jeux et
d’exercices de manipulations
de phonèmes visant à identifier,
dénombrer, permuter, substituer…
permettront l’entraînement de cette
conscience phonologique en faisant
progresser l’enfant dans son
apprentissage de la lecture.

Cet ouvrage de la collection « Construire des savoirs pas à pas » servira à guider les enseignants de moyenne et de grande sections dans la programmation d’activités visant à atteindre l’objectif :
identifier les unités sonores que l’on emploie lorsqu’on parle français (conscience phonologique).

Vous trouverez cet ouvrage chez : ebla-editions.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *